L'armée israélienne et le Mossad approuvent l'échange d'otages avec le Hamas en échange d'une trêve à Gaza

Israël reprend ses opérations militaires à Gaza après la fin de la trêve

La trêve entre Israël et le Hamas a conclu ce vendredi matin et les échanges de tirs ont repris, après sept jours de cessation des hostilités qui ont permis la libération de certains otages capturés par le mouvement islamiste en échange de la libération de prisonniers palestiniens, rapportent des sources officielles. . En moins de deux heures depuis la reprise des bombardements israéliens, au moins 9 personnes sont mortes, selon les chiffres du ministère de la Santé de Gaza.

« Le Hamas a violé la pause opérationnelle et a également tiré sur le territoire israélien. Les Forces de défense israéliennes ont repris les combats contre l’organisation terroriste Hamas dans la bande de Gaza », a rapporté l’armée israélienne dans un communiqué. Peu avant 6h00 heure locale (4h00 GMT), ils ont commencé à s’activer les sirènes des raids aériens dans les villes israéliennes proches de la bande de Gaza.

« Suite au premier signalement concernant les sirènes du kibboutz Holit, plusieurs lancements depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien ont été identifiés. Les lancements n’ont pas été interceptés conformément au protocole », a déclaré un porte-parole de l’armée. « Des avions de combat des Forces de défense israéliennes attaquent actuellement des cibles terroristes du Hamas dans la bande de Gaza », a-t-il ajouté.

Bombardements dans toute la bande de Gaza

De son côté, le ministère de l’Intérieur de Gaza, contrôlé par le Hamas, a confirmé que « des avions israéliens survolent la bande de Gaza et leurs véhicules ont ouvert le feu dans le nord-ouest de l’enclave ». Les frappes aériennes israéliennes ont touché un immeuble résidentiel dans le camp de réfugiés de Jabalia, au nord de la bande de Gaza.; Plusieurs civils ont été blessés dans le quartier d’Al Maghazi, dans la zone centrale. Des bombardements ont également eu lieu à Rafah, dans le sud, notamment contre une maison et un hôpital. En outre, les militants du Hamas affrontent les forces terrestres israéliennes sur la route Salah Al Din, qui servait à l’évacuation des personnes déplacées du nord vers le sud de la bande de Gaza.

Jeudi était le septième et dernier jour d’une trêve négociée par le Qatar, l’Égypte et les États-Unis, à travers un accord prévoyant la libération d’otages en échange de la libération de prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes et de l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza. . Au total, 105 otages ont été libérés, dont 81 Israéliens et 24 étrangers, et 240 prisonniers palestiniens ont été libérés, tous des femmes et des mineurs.

La trêve, qui a débuté le 24 novembre, a marqué une pause dans la guerre qui a éclaté le 7 octobre après une attaque de la branche armée du Hamas qui comprenait le lancement de milliers de roquettes vers Israël et l’infiltration de quelque 3 000 miliciens, laissant quelque 1 200 morts. morts et l’enlèvement de 240 autres personnes dans des villages israéliens proches de la bande de Gaza.

Plus de 15 000 morts dans les frappes aériennes

Depuis, et jusqu’au jour où la trêve a commencé, les forces israéliennes ont mené une offensive aérienne, terrestre et maritime implacable sur l’enclave palestinienne qui a fait plus de 15 000 morts, des milliers d’autres ensevelis sous les décombres et près de deux millions de déplacés. vivent une grave crise humanitaire en raison de l’effondrement des hôpitaux et du manque de logements, d’eau potable, de nourriture, de médicaments et d’électricité.

Jeudi, lors d’une visite officielle en Israël et en Cisjordanie occupée, le secrétaire d’État américain, Anthony Blinkena appelé les dirigeants israéliens à s’abstenir de reprendre l’offensive militaire dans la bande de Gaza à moins qu’elle n’établisse un plan concret pour protéger les civils palestiniens.

Les États-Unis ne veulent pas que se reproduisent dans le sud de l’enclave palestinienne « des pertes massives de vies civiles et des déplacements (de personnes), à l’échelle de ce qui s’est produit dans le nord », a déclaré Blinken, expliquant que le plan d’Israël doit inclure « la désignation précise des zones du centre et du sud de Gaza où les civils peuvent être en sécurité et hors de la ligne de feu », empêcher les déplacements internes massifs et les dommages aux infrastructures essentielles telles que les hôpitaux, les groupes électrogènes, les fournisseurs d’électricité et d’eau.

Le Qatar travaille de concert avec ses partenaires régionaux et internationaux pour parvenir à un cessez-le-feu permanent, face à une pression internationale croissante.

A lire également