La chaleur extrême porte à plus de 1.200 le nombre de morts lors du pèlerinage à La Mecque

La chaleur extrême porte à plus de 1.200 le nombre de morts lors du pèlerinage à La Mecque

Le nombre de morts lors du « haj », le pèlerinage annuel à La Mecque, s'est élevé ce dimanche à plus de 1.200, dont plus de la moitié sont des ressortissants égyptiens, dans un rituel marqué cette année par des températures élevées, qui ont frôlé les 52 degrés en Arabie Saoudite. Saoudite. Des sources sanitaires et sécuritaires en Egypte ont indiqué à EFE que le nombre de fidèles musulmans de nationalité égyptienne décédés s'élève à au moins 672. La grande majorité d’entre eux voyageaient « de manière irrégulière ».

Le gouvernement égyptien a confirmé la mort d'au moins 31 pèlerins qui voyageaient en mission officielle en Arabie Saoudite, mais a admis qu'il y avait un « nombre élevé » de fidèles morts parmi ceux qui sont entrés dans la ville sainte sans être enregistrés.

Chaque pays propose des données sur les décès parmi les pèlerins et, selon un décompte effectué ce dimanche après avoir pris connaissance de l'augmentation des décès parmi les Egyptiens, ce chiffre est passé à plus de 1.200. L'Indonésie est le deuxième pays le plus touché avec environ 200 décès parmi les pèlerins, suivie par l'Inde, qui a enregistré 98 décès, et la Jordanie, avec 75 décès, tous dus à une « chaleur extrême ».

Cependant, la grande majorité des pays qui ont signalé des décès lors du pèlerinage n’indiquent pas les raisons de ces décès.

Crise en Egypte

Selon l'une des sources égyptiennes, certaines agences de tourisme organisaient des programmes de « haj » avec un visa de visite personnelle, « qui empêche leurs titulaires d'entrer à La Mecque ». « Cela les oblige à chercher d'autres itinéraires à pied à travers le désert, sans disposer d'un hébergement décent dans d'autres zones des rituels du 'haj', ce qui expose les pèlerins non enregistrés à la fatigue et aux températures élevées », a-t-il déclaré.

Samedi, le Premier ministre égyptien Mostafa Madbuli a ordonné le retrait de l'agrément de 16 agences organisant des voyages « irréguliers » pour le Haj, à l'issue d'une réunion de la cellule de crise créée pour suivre ce dossier. Le chef de l'exécutif a ajouté la difficulté de compter les Egyptiens entrés irrégulièrement pour faire le pèlerinage à La Mecque car ils n'étaient pas enregistrés.

Les pays ont une mission officielle dans laquelle les personnes qui la composent disposent des permis et des visas que l'Arabie saoudite délivre exclusivement pour le rituel.

Cependant, en raison du prix élevé de ce voyage, qui coûte en moyenne 5 000 dollars par personne, beaucoup optent pour d'autres itinéraires que le royaume saoudien considère comme illégaux.

Ces fidèles qui voyageaient officieusement, par exemple avec un visa touristique, n'avaient pas accès aux installations climatisées et aux tentes pendant le pèlerinage, leurs seuls refuges étaient donc les rues de la ville la plus sainte de l'Islam contre la chaleur extrême.

Le royaume saoudien, qui a célébré le « succès » du pèlerinage et qui dépense des millions de dollars pour accueillir les fidèles, n'a pour l'instant pas réagi aux informations sur ces décès.

A lire également