'Mitznefet', l'étrange casque des soldats israéliens dans la guerre à Gaza

‘Mitznefet’, l’étrange casque des soldats israéliens dans la guerre à Gaza

À ce stade, il est déjà devenu clair que l’armée israélienne est l’une des plus avancées au monde, tant pour le niveau de préparation de ses soldats que pour l’énorme catalogue d’armes sophistiquées. Et en même temps, il est également devenu clair les racines profondes que les Israéliens ressentent pour leurs forces armées, qui compte 170 000 soldats d’active auxquels ont été rejoints ces derniers jours près de 400 000 réservistes. Un chiffre très élevé pour un pays qui compte à peine 9,3 millions d’habitants.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont finalement joué un rôle clé dans l’histoire de l’État hébreu depuis sa création en 1948. Mais une grande partie de la planète les découvre maintenant, suite au déclenchement d’une nouvelle guerre entre Israël et le Hamas. C’est pourquoi il convient de revoir certaines curiosités qui les caractérisent, comme les détails de leurs vêtements qui nous permettent d’identifier non seulement qu’ils sont des soldats israéliens, mais aussi à quel corps ils appartiennent et quelle position ils y occupent.

Mitsnefet

La première chose qui retient l’attention des soldats israéliens est le type de turban qu’ils portent souvent sur la tête. C’est lui Mitsnefetune housse qui s’adapte sur le casque pour améliorer le camouflage et rendre les soldats plus difficiles à détecter par les ennemis. De plus, cela permet également de garder la tête froide. L’armée israélienne l’utilise depuis les années 90.

« La nature ronde et taillée avec précision d’un casque militaire est facile à repérer à distance. Mitsnefet Non seulement cela rend la tâche beaucoup plus difficile, offrant un camouflage exceptionnel, mais cela offre une protection solaire à 360 degrés« , ont-ils expliqué auprès d’Agilite, la société israélienne spécialisée dans les équipements militaires qui les a développés.

L’origine du terme est religieuse. Il Mitsnefet C’était le nom donné au turban porté par le grand prêtre juif dans le Saint Temple de Jérusalem il y a 2 000 ans. Selon les recherches, le mot vient d’une racine verbale qui signifie « envelopper ».

Bérets

De plus, les soldats israéliens portent des bérets qui Ils identifient à quel corps de Tsahal ils appartiennent. Au total, il y en a 17, et il existe un code couleur que l’armée elle-même a rendu public pour identifier chacun d’entre eux. Au fil des années, ces couleurs ont changé, et chaque organisme a choisi la sienne selon ses propres critères.

Il existe quelques cas curieux, comme le béret violet de la brigade Givati, qui a été choisi par les filles de son fondateur, Yehuda Duvdevani, qui voulaient qu’ils se distinguent facilement des autres. Mais Ils sont tous fabriqués avec les mêmes matériaux : La couche extérieure est en coton, tandis que la partie intérieure du béret est recouverte d’une housse en polyester.

Kasda, un fabricant d’équipement militaire israélien, a expliqué que les soldats des Forces de défense israéliennes Ils portent des bérets uniquement lors d’occasions formelles, comme les cérémonies et les appels nominaux. Et de plus, chaque béret comprend généralement un insigne distinctif de chaque corps militaire, qui est placé sur le devant gauche.

Lacets militaires

Les soldats israéliens utilisent également des cordons militaires pour indiquez votre position spécifique au sein d’une unité. Ce sont les appels aiguillette -un terme d’origine française-, qu’historiquement d’autres armées ont également utilisé. L’armée israélienne les utilise dans ses uniformes de vacances, de représentation et de travail.

Le portail Les forces israéliennesqui vend du matériel militaire, explique qu’autrefois ces cordons de corde entrelacée servaient à retenir le sifflet ou l’arme, mais De nos jours ils ont un caractère purement décoratif. Les Israéliens les placent généralement sur leur épaule gauche. Et dans Tsahal, les soldats qui les portent sont pour la plupart des instructeurs.

Par curiosité, On pense que ces cordes sont d’origine espagnole. Le ministère de la Défense, sur son site Internet, explique que lors des guerres de Flandre, le duc d’Albe avait pensé à pendre plusieurs soldats flamands pour leur manque de courage. Lorsqu’ils l’ont découvert, ils ont suspendu une corde avec un clou pour « faciliter l’exécution de la punition » à son arrivée. Mais dès lors, ils commencèrent à agir avec brio et courage. Alors le aiguillette Elle était considérée comme un attribut de distinction et de notoriété.

A lire également