L'armée israélienne sauve deux otages à Rafah lors d'une "vague" d'attaques contre la ville frontalière avec l'Egypte

L’armée israélienne sauve deux otages à Rafah lors d’une « vague » d’attaques contre la ville frontalière avec l’Egypte

L’armée israélienne a annoncé ce lundi le sauvetage de deux otages, Fernando Simón Marman, 60 ans, et Norberto Louis Har, 70 ans, tous deux enlevés au kibboutz Nir Yitzhak le 7 octobre dans une opération dans la ville de Rafah, au milieu d’intenses bombardements sur l’enclave où ont trouvé refuge 1,4 million de personnes déplacées en provenance d’autres zones de la bande de Gaza.

Il s’agit de l’une des rares opérations de sauvetage réussies depuis le début de la guerre en octobre, en pleine préparation de l’assaut de Rafah, condamné par la communauté internationale.

Il s’agit du deuxième sauvetage après celui du soldat Ori Megidish fin octobre. « Au cours d’une opération conjointe des Forces de défense israéliennes, du Shin Bet et de l’Unité antiterroriste de la police, deux otages israéliens, Fernando Simon Marman (60 ans) et Louis Har (70 ans), ont été secourus dans la nuit. Ils ont été enlevés par le Hamas. organisation terroriste le 7 octobre au kibboutz Nir Yitzhak », détaille un bref communiqué publié par Tel Aviv.

Tous deux, ajoute la note, sont en bonne santé et ont été transférés pour examen médical à l’hôpital Sheba Tel Hashomer. « Les forces de sécurité continueront d’agir par tous les moyens pour ramener les otages chez eux », prévient le communiqué. Il reste environ 130 otages dans la bande de Gaza, dont au moins trente sont morts.

« Une puissance de feu intense »

Dans une déclaration ultérieure, le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, a précisé que l’opération de sauvetage avait été menée dans un bâtiment du centre de Rafah avec le soutien d’une « puissance de feu intense » de l’armée de l’air ; et qu’une cinquantaine de « terroristes » sont morts à proximité, sans aucune victime dans les rangs israéliens. « Il s’agissait d’une opération de sauvetage complexe sous le feu des tirs au cœur de Rafah, basée sur des informations hautement sensibles et précieuses provenant de la Direction du renseignement et de l’Agence de sécurité israélienne », a-t-il déclaré.

Les forces sont arrivées « clandestinement » sur la cible vers 01h00 locales (23h00 GMT dimanche) et ont mené une « action très complexe » jusqu’à atteindre le deuxième étage du bâtiment où étaient détenus les otages. Hagari a expliqué que les préparatifs de l’opération, qui ont duré environ une heure, comprenaient l’entrée de nombreuses forces de secours, un vaste déploiement dans la zone encerclée, ainsi que de nombreuses informations de renseignement.

Les troupes sont entrées par effraction dans le bâtiment par une porte fermée et ont échangé des coups de feu avec des hommes armés dans le bâtiment et d’autres à proximité, tout en transportant les otages vers des véhicules blindés.

« Il y avait une puissance de feu intense depuis les airs. Le feu a été ouvert depuis les bâtiments voisins. Là, l’armée de l’air a attaqué intensément. Le corps blindé a couvert l’opération », a expliqué Hagari.

« Un massacre contre des civils non armés »

Le Hamas, pour sa part, a accusé Israël d’avoir commis « un massacre contre des civils non armés » lors de l’opération de sauvetage. « L’attaque menée ce soir par l’armée d’occupation nazie à Rafah et ses horribles massacres contre des civils non armés, notamment des enfants, des femmes et des personnes âgées déplacés, qui ont jusqu’à présent fait plus de 100 martyrs, s’inscrivent dans la continuité du génocide et des tentatives de déplacement forcé. contre notre peuple palestinien », a déclaré le groupe islamiste palestinien dans un communiqué, selon Efe.

« Le gouvernement terroriste de Netanyahu et son armée nazie ignorent de manière flagrante les décisions de la Cour internationale de Justice rendues il y a deux semaines, qui prescrivaient des mesures urgentes, notamment l’arrêt de toute mesure pouvant être considérée comme un acte de génocide », a déclaré le Hamas, qui gouverne de facto le pays. Strip-tease depuis 2007.

Toutes les clés de l’actualité et des dernières nouvelles, dans le Chaîne WhatsApp El Independiente. rejoindre ici

A lire également