Les raisons de la reconnaissance de la Palestine, en quatre clés

L'Arménie reconnaît l'État palestinien et Israël convoque son ambassadeur

Le ministère israélien des Affaires étrangères a convoqué ce vendredi l'ambassadeur d'Arménie en Israël, Arman Akopian, dans le but de le réprimander après que le pays a reconnu la Palestine en tant qu'État.

« A la suite de la reconnaissance par l'Arménie d'un Etat palestinien, le ministère des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur arménien en Israël pour une sévère réprimande », a déclaré aujourd'hui un porte-parole de ce ministère.

Dans un communiqué, le ministère arménien des Affaires étrangères a assuré qu'avec cette démarche, précédée il y a moins d'un mois par l'Espagne, l'Irlande et la Norvège – et plus tard par la Slovénie -, l'Arménie est « sincèrement intéressée à l'établissement de la paix et de la stabilité » au Moyen-Orient. .Est, comme indiqué Efe.

« Dans diverses plateformes internationales, nous avons toujours plaidé en faveur d'une solution pacifique et globale à la question palestinienne et nous soutenons le principe de deux États pour résoudre le conflit palestino-israélien », a souligné le ministère des Affaires étrangères.

En représailles, quelques jours avant la reconnaissance officielle de la Palestine intervenue le 28 mai, Israël a rappelé son ambassadeur en Espagne, Rodica Radian-Gordon, ainsi que ses ambassadeurs respectifs en Irlande et en Norvège pour des consultations.

La Slovénie, l'avant-dernière

Plus de 146 pays reconnaissent l'État palestinien, dont douze européens – Bulgarie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Hongrie, Chypre, Suède, Espagne, Irlande, Norvège, Slovénie – ainsi que la quasi-totalité des pays arabes ou historiquement liés. au mouvement non aligné

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a remercié ce vendredi l'Arménie d'avoir reconnu la Palestine en tant qu'État et a exhorté davantage de pays, notamment européens, à faire de même en se basant sur les frontières d'avant la guerre de 1967, qui incluent Gaza, la Cisjordanie occupée. et Jérusalem-Est comme capitale.

« La sage décision de l'Arménie est conforme aux principes de la solution à deux États, un choix stratégique qui défend la volonté et la légitimité internationales », indique un communiqué de la présidence publié par l'agence officielle palestinienne Wafa.

De son côté, Hussein al Sheikh, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a également exprimé sa « satisfaction » face à cette reconnaissance.

« C'est une victoire pour le droit, la justice, la légitimité et la lutte de notre peuple palestinien pour la libération et l'indépendance », a-t-il déclaré à Cheikh dans X. « Merci notre amie l'Arménie ».

Le 4 juin, la Slovénie a officiellement reconnu la Palestine avec les frontières de 1967, tout comme l'Espagne, l'Irlande et la Norvège le 28 mai, rejoignant ainsi plus de 140 autres pays qui la reconnaissaient déjà comme État souverain et indépendant. En représailles, le ministère israélien des Affaires étrangères a convoqué aujourd'hui l'ambassadeur arménien dans le pays pour une réprimande, comme l'a annoncé le ministère, dans une démarche déjà courante parmi les nations qui reconnaissent l'État palestinien.

A lire également