"Ils m'ont abusé sexuellement et m'ont forcé à prendre des médicaments"

« Ils m'ont abusé sexuellement et m'ont forcé à prendre des médicaments »

Paris Hilton était au Capitole de Washington ce mercredi, et Il n'est pas apparu avec son sourire innocent habituel. La star de la télévision et héritière de l'empire hôtelier a mis de côté son personnage pour parler un sujet défendu bec et ongles depuis quelques années déjà.. Le bien-être des enfants et des jeunes qui, aux États-Unis, vivent sous la garde de l'État ou de leurs tuteurs légaux.

Avec lui visage sérieux, regard triste et un peu nerveux, Paris Hilton s'est adressée au plus ancien comité du Congrès américain pour offrir son témoignage. Le mondain a été victime de des cruautés vécues quotidiennement dans certains centres pour mineurs ou internats du pays. Et depuis qu’il l’a fait connaître au grand public, il a fait de ce combat un projet personnel auquel il a consacré toute sa puissance médiatique.

« Ces programmes promettent de guérir, de grandir et de soutenir, mais en réalité, ils ne m'ont pas permis de parler, de bouger librement ou même de regarder par la fenêtre pendant deux ans », a-t-elle déclaré. « Le personnel m'a forcé à prendre des médicaments et m'a agressé sexuellement. Ils m'ont violemment traîné dans les couloirs, m'ont déshabillé et m'ont jeté à l'isolement. » Concernant ses parents, il a déclaré qu'ils étaient « complètement trompés » sur le traitement qu'il recevait.

Hilton parle de l'école Provo Canyon, dans l'État de l'Utah, qui à d'autres occasions a répondu aux accusations en disant qu'elle avait changé de propriétaire et ne pouvait donc pas commenter ce qui s'était passé auparavant.

La superstar voulait montrer son soutien au comité du Congrès qui s'efforce de réapprouver un titre de la loi sur la sécurité sociale Américain lié à la protection de l'enfance qui a expiré en 2021, selon Axios. Et a demandé l'approbation du Loi contre la maltraitance institutionnelle des enfants, la loi qui vise à lutter contre la maltraitance des enfants en institution en renforçant la surveillance des foyers pour mineurs. Déjà en 2021, la femme d’affaires s’est présentée devant les députés et sénateurs du Capitole pour demander une déclaration des droits qui régit les institutions qui s'occupent des enfants.

La célébrité et femme d'affaires Paris Hilton apparaît au Congrès des États-Unis. | FE

« J'apprécie l'occasion d'être ici aujourd'hui pour parler de la façon dont améliorer la prise en charge de près de 400 000 enfants qui vivent actuellement sous le système de garde à vue », a commencé Paris Hilton. Son discours était le premier des invités, qui ont écouté attentivement les paroles de la mondaine dont on s'est si souvent moqué. Mais l'héritière de l'empire Hilton veut donner au sujet le sérieux qu'il ail n’a donc pas utilisé la voix haute qui l’a toujours caractérisé.

Ce fut un véritable choc pour ses fans de découvrir, avec son documentaire de 2020, que la voix pour laquelle ils le connaissaient avait disparu. « Après que La vie simple » – a-t-elle commenté après la première, expliquant le changement de voix –  » J'étais coincée dans le rôle de ce personnage, tout le monde pensait que c'était qui j'étais dans la vraie vie« . « Mais je suis vraiment une personne timide et [la voz] C'est une sorte de masque », a-t-il ajouté dans une interview télévisée.

Paris Hilton a subi des abus « physiques, émotionnels et sexuels »

Un masque qui masquait vraiment Beaucoup de souffrance. Dans un documentaire sorti en 2020 intitulé C'est Paris assuré que c'était droguée contre sa volonté, qu'ils l'ont maltraitée et qu'elle n'était pas la seule à avoir vécu de telles situations. Il a parlé de ce qu'il avait vécu 16 anslorsqu'ils l'ont emmenée de force hors de sa chambre pour la placer en institution après avoir été une « adolescente à problèmes ».

« J'ai crié à l'aide mais ils m'ont emmené. tandis que mon père et ma mère me regardaient depuis la porte en pleurant. Ils avaient tout organisé avec la promesse que la « main dure » me remettrait sur le bon chemin« , partageait une chronique en 2023 avec Le télégraphe. Mais, comme il l’a expliqué à plusieurs reprises, personne ne savait quelles horreurs il allait vivre ensuite. « Ils m'ont maltraité physiquement, émotionnellement et sexuellement »a-t-il avoué.

A lire également