L'Europe confirme l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans Schengen

L’Europe confirme l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans Schengen

Ce samedi, à la veille de la fin de la présidence espagnole du Conseil européen, l’institution communautaire a confirmé que la Roumanie et la Bulgarie entreront dans l’espace de libre circulation Schengen à partir de mars 2024. L’annonce a eu lieu quelques heures après L’Autriche a confirmé le retrait de son veto sur l’entrée par voie aérienne des citoyens roumains et bulgares.

La Roumanie avait déjà annoncé cet accord mercredi dernier. Jeudi, la Bulgarie a également assuré que Vienne avait retiré son veto, dernier obstacle pour les deux pays balkaniques de l’UE à s’intégrer, pour l’instant uniquement dans le domaine du transport aérien, dans l’espace européen de libre circulation. A partir du mois de mars débuteront les négociations pour l’ouverture des frontières terrestres.

La Roumanie et la Bulgarie sont deux des pays de la communauté, avec Chypre et l’Irlande, qui restaient jusqu’à présent en dehors de l’espace Schengen. La Croatie a été le dernier pays à adhérer, le 1er janvier 2023, à un traité auquel appartiennent également quatre pays tiers : l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. Actuellement, l’espace Schengen couvre 4,3 millions de kilomètres carrés et compte 423 millions de citoyens.

Retrait sous conditions du veto autrichien

Cette semaine, le gouvernement roumain a remercié la Commission européenne et la présidence espagnole du Conseil de l’Union européenne, ainsi que les ministères de l’Intérieur de l’Autriche et de la Bulgarie, pour les « négociations constructives » qui ont rendu possible l’accord.

Même si la Commission et le Parlement européen veillent depuis des années à ce que la Bulgarie et la Roumanie, membres de l’UE depuis 2007, soient prêtes à entrer dans l’espace Schengen, l’Autriche a jusqu’à présent bloqué leur entrée. Le ministre autrichien de l’Intérieur, Gerhard Karner, s’est ouvert à la possibilité d’accepter un Schengen aérien en échange d’un triplement de la présence des agents de Frontex, de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, et des dispositifs de surveillance aux frontières avec la Turquie et la Serbie. en plus d’une surveillance accrue aux frontières intérieures de Schengen et d’une politique de relocalisation des demandeurs d’asile depuis l’Afghanistan et la Syrie.

Le traité de Schengen prévoit la levée des contrôles aux frontières intérieures de son espace, c’est-à-dire entre ses États membres, tout en les renforçant aux frontières extérieures (avec les nations tierces). Outre deux pays communautaires, la Hongrie et la Bulgarie, la Roumanie, qui compte un peu plus de 19 millions d’habitants, possède une frontière physique avec l’Ukraine, la Moldavie et la Serbie. Son voisin bulgare, qui compte moins de 7 millions d’habitants, est limitrophe d’un autre partenaire communautaire, la Grèce, et possède des frontières extérieures avec la Serbie, la Macédoine et la Turquie. Les deux sont bordés à l’est par la mer Noire.

Toutes les clés de l’actualité et des dernières nouvelles, dans le Chaîne WhatsApp El Independiente. rejoindre ici

A lire également